L’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone ouvre ses portes

Posté le 9 avril 2009 par Christopher Le Caer

Un protocole d’entente créant un Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone au Québec a été signé le 25 mars à Montréal notamment par Pierre Arcand, le ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie du Québec, Nicole Lacasse, vice-rectrice de l’Université, le tout en présence d’Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie.

La création de cet Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone découle d’un engagement pris par Jean Charest, Premier ministre du Québec, à l’occasion du XIIe Sommet de la Francophonie tenu à Québec en octobre 2008. En complément à l’Observatoire de la langue française de l’OIF, il répond à la volonté exprimée par les pays membres de disposer d’un tableau d’ensemble permanent sur l’évolution de la situation du français dans le monde. À l’initiative du gouvernement du Québec, ce nouveau dispositif d’observation financé à hauteur de 650 000 dollars grâce au partenariat de l’OIF, de l’AUF et de l’Université Laval est mis en place pour les quatre prochaines années. L’Observatoire a été inauguré le jeudi 9 avril.

Dans le cadre de son volet urbanisme, le Midi Libre, présenté par Gilles Senécal, est revenu sur la création de cet Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone. Une entrevue avec Richard Marcoux, directeur de l’observatoire, réalisée par Charles Mathon.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Articles en lien :

    Americana 2009 : le salon des technologies environnementales ouvre ses portes à Montréal

2 Commentaires pour cet article

  1. bibi Dit:

    Je ne pensais pas que la langue française avait devant elle un avenir aussi faste. Effectivement, ça brise les idées reçues !
    Ce qui devrait, pour les années à venir, nous encourager à défendre le Français au Québec. Le Français n’est pas une future langue morte comme le croient les laxistes et autres fatalistes rompus à l’anglicisation planétaire, par ailleurs loin d’être acquise. Aux États-Unis, par exemple, l’anglais est en recul par rapport à l’Espagnol et au Chinois.
    Il y a moins d’un siècle, le Français était la langue diplomatique, actuellement c’est l’Anglais, dans 50 ans ce sera le Mandarin, chacun son tour !!! Et longue vie à la langue de Molière, Senghor et Michel Tremblay…

  2. Mark Hymers Dit:

    Je suis un anglophone mais j’espere que le francais augmente dans les maritimes et tous les regions du Canada. J’admire et aime d’ecouter et vivre la langue et la culture francaise (et certainement ca des acadiens et acadiennes). La Grande Derangement et la plus pire event dans notre histoire. Je suis fier d’appuyer mes amis et citoyen(ne) francophone.

LES DERNIERS AUDIO
Ce texte sera remplacé


Cyberlettre

Courriel:

Inscription
Se désinscrire

Nom de la personne:

Prénom:

Compagnie: