Archives | Créateurs et créations

Tags:

Parlez-vous Vetex?

Posté le 2 juillet 2010 par Chloe Sondervorst

Ils parlent français. Flamand. Italien. Wallon. Et surtout leur propre “melting pot”. C’est l’Orchestre international du Vetex, né à Courtrai, en 2004, de la rencontre entre musiciens professionnels et amateurs dans les vestiges de l’usine du même nom.

Six ans, deux albums et un DVD plus tard, la fanfare de quartier a parcouru les fêtes de villages comme les scènes des grands festivals de Belgique. Elle s’est exportée un peu partout sur le continent avec des détours privilégiés en Serbie, en Bosnie-Herzégovine et en Bulgarie. Migration naturelle. Parce que la musique des Balkans est une source d’inspiration importante pour le groupe. Et parce qu’il était forcément en terrain connu dans cette zone où les frontières se rencontrent et se traversent à chaque coin de rue.

« On est des fils et des filles de la frontière. On essaie de mélanger les gens et les genres. Et, à travers notre musique, de tracer une voie, montrer un exemple. »

Alors que la Belgique se réveille d’élections provoquées par une énième crise communautaire, la réunion de Wallons, Flamands et Ch’tis au sein d’un même groupe ne passe pas inaperçue. « En Belgique, on étonne pas mal de gens! On se rend compte qu’il y a beaucoup de Flamands qui n’ont jamais vraiment parlé à des Wallons et vice versa. »

Pour le Festival international de jazz de Montréal, c’est une autre barrière que « le Vetex » a traversée : l’océan Atlantique. Pour cette première visite en sol américain, les musiciens donnent cinq représentations, la plupart en formule débranchée, parmi le public, fidèles à la tradition des orchestres de rue. Dernière escale : ce dimanche à midi sur (ou plutôt : devant) la scène CBC.

Une chronique de Chloé Sondervorst

Photo: Chloé Sondervorst

Photo: Chloé Sondervorst

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Commentaire (1)

Tags:

La douce musique de Mélissa Laveaux

Posté le 30 juin 2010 par Chloe Sondervorst

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Ses parents la voyaient devenir médecin. Ils n’avaient pas tort. Avec sa guitare et sa voix, Mélissa Laveaux pratique avec brio la plus douce des médecines : la musique.

De retour dans la métropole après avoir fait ses preuves sur les scènes parisiennes, elle présente au Festival international de jazz de Montréal « Camphor & Copper » en première partie de Harry Manx. Paru il y a deux ans en France puis réédité sous Spectra Musique pour sa sortie au Québec ce printemps, l’album navigue entre le blues et le folk, porté par la voix chaude de Mélissa Laveaux sur les routes de Montréal, Paris, Ottawa, Haïti.

Les arrangements sont sobres et acoustiques. La base rythmique est assurée par la guitare et le fingerpicking particulier de la jeune artiste. “Les musiques qui ont un groove très fort m’ont toujours inspirées. J’essaie de recréer ça avec le truc le plus simple que j’aie: une guitare.”

Même énergie à la fois lascive et percussive dans sa voix rauque et sensuelle. Mélissa Laveaux mange les consonnes, étire les voyelles, utilise la langue comme de la craie dont on estompe les contours. Le sens des mots s’efface au profit des sons. En anglais, en français ou en créole, c’est une orfèvre du phrasé qui travaille à l’oreille. “Etre autodidacte me permet de créer à partir de mes erreurs. Je fais des découvertes en jouant. Cette marge que je me laisse permet aux chansons d’évoluer.”

Les prochains mois seront faits de concerts en Europe avant le retour au pays à l’automne et l’enregistrement d’un nouvel album. Cette fois, ce sera en quartet, avec une formule plus rock. À suivre.

“Avec la musique, il n’y a jamais de routine, il se passe quelque chose de différent chaque jour. Comme en médecine!”

Une chronique de Chloé Sondervorst

Crédits: JM Lubrano

Crédits: JM Lubrano

Commentaire (0)

Tags: , ,

Xajoj Tun, rabinal achi

Posté le 25 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

siouiDans le cadre de Présence Autochtone, Yves Sioui Durand met en scène une version contemporaine du Rabinal Achi, un cérémonial théâtral inspiré d’un rituel conservé depuis des siècles par les Mayas Achi de San Pablo Rabinal au Guatémala depuis la Conquête Espagnole au 16 e siècle.

 

Xajoj Tun plonge par l’entremise des chorégraphies de Patricia Iraola inspirées du théâtre amérindien dans l’univers autochtones, ses rites et ses codes.

 

Cette version contemporaine du grand théâtre dansé cérémonial maya met en scène une dizaine de danseurs et d’acteurs afin d’entendre et d’assister à la pure tradition maya dans un spectacle interprété en français, espagnol et maya.

 

Xajoj Tun, Rabinal Achi est présenté jusqu’au 27 juin à l’Excentris par Ondinnok.

 

Yves Sioui Durand nous parle de cette production unique.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Une entrevue réalisée par Aude Jimenez dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

Tags: , , ,

La vithèque: pour la vidéo indépendante en ligne

Posté le 23 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

logoVidéographe, le centre de création de diffusion et de distribution, lance Vithèque, une plateforme médiatique mettant en ligne plus de 300 œuvres de 250 créateurs québécois, canadiens et internationaux. 

Vithèque est dédié aux créateurs indépendants en vidéo et en arts médiatiques.  Elle est accessible au grand public ainsi qu’aux professionnels des milieux culturels. 

La plateforme permet d’accéder à des œuvres récentes et d’archives d’artistes de renom, le tout sélectionné par les deux programmatrices Nicole Gingras et Claire Valade.

Il permet également d’héberger des œuvres en lignes d’individus ou d’organismes professionnels.

Finalement, le site donne accès à des dossiers sur les artistes, les œuvres cinématographiques et une section d’actualités importante.

Lauraine André-G. directeure du projet Vithèque et présidente de Vidéographe était en studio pour nous parler de cette plateforme unique en son genre au Canada.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Une entrevue réalisée par Sarrah Osama et Louis-René Beaudin dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

Tags: , , , ,

Improvisation + Danse = Imprudanses

Posté le 23 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

galerie_100227_nb01Les Imprudanses c’est 20 danseurs professionnels, 4 équipes, 2 arbitres et un DJ.

Dans «cette ligue d’impro mouvement» ce sont ici des danseurs qui se donnent la réplique sur le même format que la LNI, mais en suivant des paramètres d’espace et de temps spécifiques.

Loin d’être des novices, les Imprudanses en sont déjà à leur 7e saison.

Se produisant désormais tout au long de l’année, intervenant dans des écoles, la ligue a développé un concept unique en son genre.

Des premiers balbutiements à la formation de la ligue, Marie-Eve Albert, la co-fondatrice de la ligue revient sur cette incroyable expérience et performance artistique.

galerie_100227_nb02Vous pouvez retrouver ls Imprudanses le 25 juin gratuitement en plein air de 19h à 21h au coin de la rue Ste-Catherine et Amherst en face de chez Mado jusqu’à la fin du mois.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Un reportage réalisé par Marie-Ameline Barbier.

Commentaire (1)

Tags: , ,

Armand le magnifique !

Posté le 22 juin 2010 par 4a6

armand-cuteLe sculpteur et peintre Armand Vaillancourt est sur la rue Ste-Catherine du 1er au 11 juillet dans le cadre du 11e FIMA

Le Festival international Montréal en arts reçoit plus de 300 artistes du Québec, du Canada, de Roumanie, de France, de Martinique, du Rwanda, de Grèce, et d’Israël.

Une oeuvre collective géante de 10 mètres est réalisée en direct chaque jour avec le public et l’artiste.

En entrevue il nous montre comment il est encore  et toujours aussi motivé par la médiation culturelle.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Vraie force de la nature, son militantisme est on ne peut plus actuel et global.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Une entrevue réalisée par Louis-René Beaudin dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

Tags: ,

Bruiteur ou l’art de suggérer les sons

Posté le 16 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

fr-images-coloriages-colorier-photo-oreille-p9527Carcasse de Ski-Doo, vielles patentes, benne à ordure… Guy Francoeur ne manque ni de ressources ni d’imagination pour rendre les sons plus vrais que nature. Bruiteur cinéma de profession, en 15 ans de métier il a toujours trouvé le son qui « colle » à la scène. Son secret? suggérer.
Le bruiteur montréalais ouvre les portes de son studio d’enregistrement à CIBL et lui livre quelques un de ses secrets de cuisine.
Le bruitage, une étape incontournable.
Selon Guy Francoeur, si l’on n’utilise pas les prises de sons ambiants du tournage, c’est parce que lors de l’enregistrement les dialogues sont privilégiés. De plus, il est  fréquent qu’il y ait des bruits parasites sur le plateau. Le film peut aussi être destiné au marché international. Les dialogues, la bande originale et les bruitages sont enregistrés et livrés séparément afin de faciliter la tâche au mixage et de gagner du temps. La synchronisation à l’image des bruitages en postproduction est donc  indispensable.
gerauschemacherLes origines de ce métier
À la grande époque des films muets, dans les années 1920, les salles de cinéma projetaient leurs films accompagnés d’un orchestre. Les plus prestigieuses possédaient des bruiteurs et certaines disposaient aussi d’orgues permettant d’imiter différents bruits courants.
Le métier va se développer avec l’essor du cinéma parlant, ce n’est qu’au début des années 1950 que le bruitage synchronisé comme on le connaît va être institutionnalisé par Jack Foley, bruiteur chez Universal Studios. Foley projetait les films sur un écran dans les Studios Universal, tout en enregistrant les bruitages en direct pour gagner du temps.
De nos jours le métier du bruiteur s’est diversifié.  Il peut autant travailler au cinéma, sur des séries télévisées qu’en théâtre, à la radio ou bruiter des jeux vidéo.
 Il n’existe pas de formation spécifique au Québec pour devenir bruiteur. La meilleure filière reste l’assistanat, il faut compter 3 à 4 ans pour se former. Cependant, les places sur le marché sont restreintes. Seulement une dizaine de bruiteurs travaillent sur Montréal ;  souvent, ils exercent en complément une deuxième activité telle que, ingénieur du son,  preneur de son, etc.

Le blog des bruiteurs

 

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Un reportage de Laurent Vu Thê Houdelot dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

Tags: , , ,

Le Patron du vin bio

Posté le 11 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

vins-biosLe marché du bio connait actuellement un succès croissant dans plusieurs secteurs et le domaine vinicole n’exclue pas cette tendance.

 

Plus qu’un engouement superficiel, Pascal Patron auteur d’un deuxième ouvrage sur les vins bio affirme plutôt que c’est un mode de vie que les jeunes propriétaires de vignobles empruntent par conscience environnementale et par question de goût.

 

Le guide Patron des vins bio répertorie et commente plus de 700 vins que l’auteur  Pascal Patron a retenu parmi 1000 vins et 10 000 km de route à travers les vignobles bio du monde.

 

De plus en plus incontournables, les vins bio dont les raisins ont été cultivés en agriculture biologique sont en plus de plus en plus accessibles.

Pascal Patron se présente d’abord avant de nous parler de son ouvrage.

 Santé!

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Une entrevue réalisée par Louis-René Beaudin dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

Tags: , ,

Jean-Louis Murat, pas ordinaire

Posté le 11 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

jean-louis-murat-cours-ordinaire-choses-l-1Après plusieurs années d’absence au Québec, Jean-Louis Murat nous offre trois soirées de concert à l’Astral pour notre plus grand plaisir.

Jean-Louis Murat a à son actif une trentaine d’albums et de collaborations spéciales avec des artistes tels que Indochine, Milène Farmer et le réalisateur Krzysztof Kieslowski.

 

Fidèle à sa réputation d’être impénétrable et sans compromis, l’auteur-compositeur-interprète de la région d’Auvergne a laissé un baume énigmatique derrière lui.  Son passage à CIBL est l’une des rares entrevues qu’il a consacré aux médias.

 

Son dernier album Le cours ordinaire des choses sorti en 2009 conserve son univers poétique folk en abordant les thèmes du désir, de l’amour et de la mort.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Une entrevue réalisée par Louis-René Beaudin et Sarrah Osama dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

Tags: , , ,

L’avenir de l’art par Hervé Fisher

Posté le 10 juin 2010 par Marie-Eve Pineault

mo_fisc1006Considéré comme le fondateur de l’art sociologique dans les années ’70, Hervé Fisher a mené une carrière d’artiste multimédia avant d’enseigner la sociologie de la culture et de la communication et de s’intéresser plus particulièrement à la philosophie politique de Spinoza et la sociologie de la culture dont il a fait sa thèse de doctorat.

L’artiste, philosophe et essayiste vient de publier une fois de plus un ouvrage important sur les bouleversements actuels.  L’avenir de l’art publié chez les Éditions VLB vise à faire le point sur la crise de l’art postmoderne, des valeurs et de l’esthétisme.

Il nous raconte ses 30 ans de réflexion.

 

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Une entrevue réalisée par Louis-René Beaudin et Sarrah Osama dans le cadre du 4à6.

Commentaire (0)

LES DERNIERS AUDIO
Ce texte sera remplacé


Cyberlettre

Courriel:

Inscription
Se désinscrire

Nom de la personne:

Prénom:

Compagnie: